mobile first index
Le mobile first-index, c’est quoi ?
8 janvier 2018

Ce qu’il faut savoir sur Google Shopping

Vous avez lancé un e-commerce mais les ventes ne décollent pas et votre site peine à attirer les prospects ?

Avec le boom du e-commerce, de plus en plus de sociétés décident de se lancer dans l’aventure. Diffuser vos produits et votre catalogue sur Google Shopping est devenu un incontournable pour les commerçants car il est omniprésent sur les résultats de recherche
A bon escient, il vous permet une visibilité exceptionnelle car un utilisateur qui cherche un produit spécifique sur Google ne peut plus passer à côté des résultats de Google Shopping (de par son algorithme et le succès florissant du commerce électronique).
Les annonces Google Shopping afficheront donc la photo du produit ainsi que votre prix de vente, afin d’assurer un taux de transformation optimal.

Mais tout d’abord, commençons par la base : qu’est-ce que Google Shopping ?
C’est un site de e-commerce et comparateur de prix, fournit par Google. Il regroupe dans un annuaire des produits mis en vente sur le web. Si, dans un premier temps, cela ressemble plus à un comparateur de prix ; en réalité Google utilise son propre algorithme proche de son moteur de recherche classique afin de gérer les classements des produits. Il s’agit d’un service payant et monétisé par les vendeurs eux-mêmes, devant payer Google s’ils souhaitent voir leurs produits représenter sur son service.

Il faut néanmoins distinguer 2 produits Google Shopping :
1) les résultats s’affichant dans le moteur de recherche, qui sont financés par la publicité (Adwords dans ce cas-ci). Ces résultats ne sont pas payés par les marchants. 2) les résultats qui s’affichent dans la plateforme sur le site de google.com/shopping, financés à la fois par la publicité Adwords mais également par les marchands eux-mêmes, qui paient pour que leurs produits soient présents.

Ce nouveau service, anciennement plus connu sous le nom de Google Product Search, repose sur un modèle dit de « paid inclusion », ce qui signifie que les paiements effectués par les marchands ne garantissent même pas d’être bien classé pour des termes de recherche spécifiques (contrairement à Adwords). Il s’agit ici plutôt d’une plus grande exposition et visibilité auprès des utilisateurs , qui est évaluée selon le nombre de clics et la vente des produits. Ce classement dépendra donc d’une part de la pertinence perçue et d’autre part, du prix offert par le marchand.
Comment diffuser vos produits sur Google Shopping ?
Processus : 1. Votre boutique (site e-commerce) 2. Flux produits : export de votre base de données produits par un flux XML 3. Google Merchant Center (Plateforme d’important de flux produits dans Google Shopping). 4. Planification et diffusion de campagne via Google Adwords
Et après ? Vous veillerez à bien optimiser le titre des articles de votre catalogue produits, car le service de Google Shopping se basera essentiellement sur les mots utilisés dans le titre de votre produit pour le faire correspondre aux recherches des internautes.
Vous avez créé des campagnes Google Shopping mais vous n’êtes pas sûr d’être sur la bonne voie ?
Nous allons parler des différentes principales façons d’auditer vos campagnes afin d’éclipser vos performance Google Shopping 2017. Les campagnes via Google Shopping ont l’air facile à mettre en place mais qu’en est-il réellement ? La vraie question serait plutôt « Comment vos campagnes s’en sont-elles sorti ? Quoi qu’il en soit, le simple fait demeure que nous sommes en 2018, ce qui signifie une nouvelle année, ce qui veut dire de nouvelles possibilités de faire mieux cette année (même si vous pensiez que 2017 était votre meilleure année).
Cependant, vous êtes sans doute déjà au travail et occupé à planifier, à organiser, budgétiser ou peut-être même à remplacer une solution de e-commerce existante. Nous savons que toute cette organisation et ce qu’elle implique demande beaucoup de temps et d’efforts. Donc, dans l’intérêt de gagner du temps (et tout le monde sait que le temps, c’est de l’argent), voici certaines choses que vous devriez rechercher parmi vos campagnes Shopping afin de vous assurer que cette année et chaque année suivante soit votre prochaine « meilleure année ».

LE B-A-BA : la structure de votre campagne
John Wanamaker, grand homme d’affaires durant le XIXème siècle qui est en quelque sorte considéré comme un pionner dans le milieu cruel du marketing, disait déjà à l’époque : « la moitié de l’argent que je dépense en publicité est gaspillée ; le problème est que je ne sais pas quelle moitié ». Ces mots résonnent encore pour les commerçants en ligne et pour les spécialistes des moteurs de recherches d’aujourd’hui.
Alors, vos campagnes sont-elles structurées pour une efficacité optimale ? Pas certain ? Voici les 2 erreurs structurelles les plus fréquentes à rechercher :
Trop de structure
Il existe de nombreuses façons de structurer une campagne Google Shopping, qui relèvent toutes de l’en-tête de « subdivision », où le processus par lequel un groupe regroupe des produits similaires ou connexes par des groupes de produits définis. Néanmoins, de nombreux utilisateurs comprennent mal l’usage de ces tactiques de subdivision. La sur-structuration peut exister sous plusieurs formes. Cependant, dans la majorité des cas, il commence par une répartition de base du groupe de produits suivie de l’utilisation excessive de beaucoup plus de sous-répartitions. Ce qui finit généralement en cauchemar pour la gestion des offres et des campagnes. Un système spécial de classement adapté aux mobiles est ensuite utilisé pour booster le contenu des annonces de Google. Le contenu qui n’est pas considéré comme « mobile friendly » ne fonctionnera pas aussi bien.

Comment puis-je savoir si Google voit mes pages mobiles ?
La meilleure méthode consiste à utiliser les outils « Récupérer » et « Rendu » dans la Google Search Console. Spécifiez le mobile et regardez l’aperçu une fois la récupération et le rendu terminés. Ce que Google vous montre dans les résultats rendus est probablement ce que Google peut voir et indexer à partir de votre site mobile. Si le contenu est manquant, alors vous devriez sans aucun doute regarder comment résoudre ce problème et réexécuter l’outil.

Les signaux de classement proviendront de votre mobile et non de la version de bureau
Google a classé votre site mobile en fonction d’une multitude de facteurs provenant de votre site pour ordinateur, comme je l’ai déjà mentionné un peu plus haut. Cela va bientôt basculer et Google va classer vos sites mobiles et de bureau en fonction des signaux qu’ils obtiennent en explorant votre site à partir d’une vue mobile. Ainsi, c’est la vitesse de la page de votre site mobile qui déterminera les classements de votre site mobile et de votre site desktop sur Google. Google examinera donc probablement votre titre, vos H1, vos données structurées, d’autres tags et le contenu généré depuis votre site mobile, et les utilisera pour votre site desktop. Vous vous demandez si cela ne va pas faire basculer le problème de l’autre côté où Google place ses résultats desktop en fonction de la façon dont il voit votre site mobile ? Oui, mais Google en a conscience, et puisque la tendance est au mobile qui ne cessera de croître dans les prochaines années, cela est parfaitement logique.
Que se passe-t-il si j’ai un site responsive ?
Si vous avez un site responsive, dans ce cas, le problème ne se pose pas. Avec cette mise à jour, Google incite justement les entreprises à adopter une approche responsive : le contenu est identique, page par page, de votre ordinateur de bureau à votre site mobile. Vous pouvez faire la même chose avec d’autres implémentations mobiles, mais il y a plus de place à l’erreur. Voilà une raison de plus de faire appel à nos compétences pour la création ou la refonte de votre site web.
Français